Même pas peur
  

Même pas peur (1/5) : Introduction

 

La peur … réponse instinctive au danger, peur animale, ancestrale, inscrite dans nos gènes.

Peur utile qui met le corps en alerte, aiguise les sens, décuple la vigueur et l’adresse. Pour fuir ou se cacher, faire le mort ou attaquer,… autant de réactions que la peur déclenche et qui ont pour but notre salut, notre survie.

Aujourd’hui, oui, nous avons peur. Les dangers sont nombreux, menaçants.

Il y a notre planète mise à mal, qui s’étiole et se vide de ses richesses.

Il y a les humains, toujours plus nombreux ; migrants depuis les origines, ils ne savent plus où aller. Il y a nos sociétés qui convulsent ; à coups de déchirures, d’effondrements, d’explosions, on dirait que s’ouvre une faille qui voudrait les traverser de part en part pour couper en deux les populations : ceux dont la société a besoin, et les autres.

Donc oui, il y a de quoi avoir peur.

Alors quoi. Fuir ou se cacher ? Mais où ?  Faire le mort ou attaquer ? Mais qui ?

 

Dans les situations si complexes où nous sommes pris aujourd’hui, où nature et culture s’imbriquent étroitement, ces réactions primitives, instinctives, ne sont plus adéquates pour assurer notre survie ; quoi qu’en disent ceux qui veulent faire croire le contraire et attisent les peurs pour les utiliser. Ceux-là même qui refusent de voir la complexité des choses, qui fuient l’effort d’analyser, de réfléchir, d’ouvrir des chemins nouveaux, tout ce qui est le propre de l’humain depuis toujours.

Voilà ce qui a guidé notre travail : ne pas nous tenir dans l’énumération des peurs, dans l’angoisse de l’incompréhension et de l’impuissance.

Même pris sous le joug de l’économique et serrés dans la poigne du profit à tout crin, nous avons le devoir et les moyens de comprendre ce qui se passe, de réagir ; nos ressources sont immenses, notre cerveau n’a pas dit son dernier mot et notre humanité non plus. Partout des initiatives positives existent, que nous pouvons relayer, partager, soutenir.

Nous avons choisi d’explorer trois domaines particuliers : le développement durable, le radicalisme et la précarité, qui se déclineront au fil des semaines.

 

Et la franc-maçonnerie dans tout ça ? La franc-maçonnerie nous inscrit dans une dynamique de confiance donnée et reçue. Dans un groupe, dans des valeurs partagées, dans un projet commun. Elle nous situe dans une tradition, une histoire, une appartenance. Elle est lien et sens. Par tout cela, elle nous donne le devoir et la liberté d’oser penser, sans trop d’angoisse, et d’oser agir. Elle nous apprend à le faire ensemble. Elle nous donne des racines, pour prendre la juste mesure de nos peurs, et des ailes pour les dépasser.


Suite


20190422-18